« Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu. » Romains 14:10

Le terme Tribunal vient du mot « Bema » en grec, ce qui signifie un lieu élevé où l’on monte par des marches, c’est-à-dire une plateforme, une tribune qui symbolise le siège officiel d’un juge : le trône de jugement de Christ. La perspective de se présenter devant le Seigneur Jésus doit représenter pour tout chrétien un aboutissement réjouissant, une heureuse espérance.

Il est important de comprendre que le Tribunal de Christ n’a pas vocation à déterminer notre Salut, puisque nous savons que le sang de Jésus nous purifie de tous pêchés. Le salut a été acquis sur la base du sacrifice accompli par Christ. Ce sacrifice a permis que nos péchés soient effacés et que nous recevions le pardon de Dieu, la réconciliation avec Lui et une vie nouvelle implantée en nous par la Parole régénératrice de Dieu, dynamisée par la puissance de son Esprit. Cependant, il nous faudra rendre compte de nos œuvres à partir du moment où nous auront fait de Jésus notre Seigneur.

Qui sera concerné par le Tribunal de Christ ?

Tous les saints de tous les temps se retrouveront au Tribunal de Christ. En d’autres termes, seront présents tous ceux qui auront reconnu et déclaré Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur, étant devenu l’Épouse, la Bien-Aimée de Christ. A ceci, on détermine le fondement principal de la foi en Christ à travers Son œuvre sur la croix. Dès lors, il nous appartient de construire notre vie sur ce fondement et de bâtir dessus.

« Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.
Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, à savoir Jésus Christ.
Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée;
car le jour (le Tribunal de Christ) la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. »
2 Corinthiens 3:10 à 13

« Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. » 1 Corinthiens 3:14

Dans le livre aux Corinthiens, Paul insiste sur le fait que le fondement, la pierre d’angle de l’édifice qu’est l’Eglise, c’est Jésus et rien d’autre. Notre prédication doit donc concerner Christ crucifié, Christ ressuscité et Christ qui revient.
Une fois recueillis auprès du Seigneur, tous les rachetés, sans exception, devront être «manifestés» devant le tribunal de Christ. Cette «manifestation» aura lieu avant les noces de l’Agneau.

A quel moment aura lieu ce Tribunal ?

Puisque ce moment ne concerne que les Saints en Christ, ce Tribunal interviendra après un évènement qui aura permis le rassemblement des croyants : l’Enlèvement de la Vraie l’Église. Cet enlèvement des croyants doit être suivi de leur comparution devant le Tribunal de Christ, le Juste Juge.  Et si Dieu est un Dieu de justice parfaite, Il est sous l’obligation divine de juger tout homme selon la façon qu’il a vécu sur la terre sous le règne souverain de son Créateur. Pour cela, il faut attendre le retour du Seigneur :

« C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due. » 1 Corinthiens 4:4

« Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre. » Apocalypse 22:12

« Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » 2 Thimothée 4:8

Quelle est la nature de ce Tribunal ?

Ce Tribunal sera gouverné par Christ, qui sera le juge :

« Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils. » Jean 5:22

Le Tribunal de Christ correspond bien à un jugement, ou plutôt devrions nous dire à une évaluation. Cette évaluation concerne ceux qui servent le Seigneur, qui contribuent à l’avancement du Royaume selon les dons qu’ils ont reçu de Dieu. Nous sommes une plante qui va poussée dans le but de porter des fruits. Ce que nous faisons sur terre a donc une portée au ciel concernant l’édifice de Dieu.

« Si vous portez beaucoup de fruit, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. » Jean 15:8

« en sorte que ce n’est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître.
Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.
Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.
Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. »
1 Corinthiens 3:7 à 10

Le chrétien sera jugé, non pas le jugement que l’on porte à ceux qui ont renié Jésus, mais une examination sur les œuvres menées sur la terre. Chacun devra rendre compte de ce qu’il aura fait, puisque tout ce que nous faisons doit servir à Lui rendre Gloire.

Chose étonnante, le Seigneur mettra en lumière ce qui pourrait être le plus caché dans notre intérieur voir même oublié. Tous nos péchés, tous nos manquements, même les plus secrets, seront dévoilés, mis à nu dans leurs moindres détails, devant tous. Et non seulement ce que nous aurons fait sera ainsi manifesté, mais aussi ce que nous aurons été, et l’image qui apparaîtra alors sera peut-être bien différente du masque que nous nous serons donné ici-bas. Il faudra que nous soyons auparavant manifestés devant Son tribunal, afin que nous reconnaissions une fois clairement, dans la lumière de Dieu, ce que nous étions par nous-mêmes, et ce qu’étaient en réalité nos actes, nos paroles, nos pensées, tels que le Seigneur les a vus et jugés. Alors seulement nous aurons pleinement conscience de ce qu’est la grâce de Dieu

Sur quels critères seront nous jugés ?

Notre âme est sauvée, et par ceci nous devenons citoyens céleste. Pour notre corps, c’est différent. Celui-ci est le Temple de Dieu, mais étant corruptible il est assujetti au pêché. Notre vocation est alors de permettre au Saint Esprit de vaincre la chair, le corps dans un but de sanctification et de quête à devenir semblable au Christ comme durant son passage sur terre. Nos œuvres détermineront notre valeur.

« Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. » 2 Corinthiens 5:10

« Ne jugez donc pas avant le temps.  Attendez que le Seigneur revienne.  Il mettra en lumière tout ce qui est caché dans les ténèbres et il dévoilera les intentions véritables qui animent les coeurs. »  (Bible du Semeur) 1 Corinthiens 4:5

Nous serons donc jugés sur nos œuvres mais également sur les motivations de nos œuvres. Prenons l’exemple d’une bonne œuvre sur terre mais sans motivation fondée et/ou tronquée, c’est alors que Jésus mettra en lumière ce qui était caché, « les desseins du cœur ». En effet, les motivations de nos œuvres seront évalués. Bien des actes apparaîtront, à la lumière de ce tribunal, sous un jour entièrement différent de celui où nous les aurons appréciés ici-bas. Songeons en particulier à la manière selon laquelle nous aurons manifesté l’esprit et les caractères de Christ dans toute notre activité.

De quelle utilité auront les récompenses ?

Comprenons que la finalité de ce Tribunal est très positif, d’autant qu’il existera plusieurs types de récompenses : la louange de Jésus, la couronne de vie, la couronne de gloire (1 Pierre 5:4), la couronne incorruptible (1 Corinthiens 9:25), la couronne de justice (2 Timothée 4:8)

Les positions que nous aurons dans l’Éternité dépendront très certainement des œuvres que nous auront fait pour le Seigneur, et donc des récompenses reçues. C’est en ce sens que ces dernières impacteront notre position dans le Royaume éternel.

Tout ce que la lumière divine projetée sur nos vies aura manifesté produira de la louange dans nos cœurs ! Nous aurons beaucoup mieux conscience de l’étendue de cette grâce, dont nous sommes continuellement les objets. Nous apprécierons enfin à sa juste valeur l’amour, la patience, la condescendance du Seigneur à notre égard.
Le souvenir de nos nombreuses défaillances, de celles que nous avions oubliées, nous fera mieux mesurer l’immense bonté du Seigneur qui nous a rachetés et qui a porté nos péchés en son corps sur la croix, à notre place. « Tous publieront les effets de sa grâce et l’amour du Sauveur », dit un cantique.

Pour conclure, le Tribunal de Christ correspond au Jugement ultime des Saints. Il ne doit plus être un sujet de peur, mais une incitation personnelle à une marche sainte qui glorifie notre Seigneur. Le tribunal de Christ ne remet pas en question notre salut.
Penser au tribunal de Christ devrait « stimuler » tous les rachetés du Seigneur et augmenter en eux un désir ardent de Lui être agréable, à tous égards ! Cet exercice doit être continuel dans les cœurs.

Et si Dieu est un Dieu de Justice Parfaite Il est sous l’obligation divine de juger tout homme selon la façon qu’il a vécu sur la Terre sous le Règne Souverain de son Créateur.

Tags: