« Produisez donc des fruits dignes de la repentance. » Luc 3:8

« Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés. » Actes 3:19

Le verbe « se repentir » signifie « Nacham » en Hébreu. « Nacham » désigne le fait de changer d’état d’esprit, changer d’avis, changer pour le mieux, modifier son comportement de tout son cœur, en haïssant ses péchés passés. La repentance représente donc bien plus qu’une confession de ses péchés, mais c’est le fait de les reconnaître dans le but de s’en détourner par un changement dans le cœur.

Dieu, le premier à se repentir

Aussi étonnant que cela puisse paraître, se repentir n’a pas été attribué qu’aux êtres humains, puisque Dieu Lui-même a été amené à se repentir, après avoir vu comment les hommes ne répondaient pas à Ses attentes. En effet, dans l’Ancien Testament, ce verbe est très souvent appliqué au Seigneur Lui-même, pour indiquer le fait que Dieu avait changé d’avis, pour le bien comme pour le mal, suite au changement de comportement d’une personne ou de son peuple.

« L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.
L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur »
.
Genèse 6:5 et 6

« Et l’Eternel se repentit du mal qu’il avait déclaré vouloir faire à son peuple ». Exode 32:14

Nous verrons par la suite qu’il peut exister une légère différence de repentance entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament.

Comprenons que le péché, une fois entré dans le monde, a condamné tous les hommes. Pour réparer ceci, il est donc nécessaire d’accéder à la repentance. Dieu souhaite, et veut, que nous nous repentons :

Je suis attentif, et j’écoute : ils ne parlent pas comme ils devraient ;
Aucun ne se repent de sa méchanceté, et ne dit : Qu’ai-je fait ? Tous reprennent leur course, comme un cheval qui s’élance au combat ».
Jérémie 8:6

La puissance de la repentance

La vraie repentance biblique est donc la profonde tristesse que l’on ressent quand on prend conscience de ses péchés et de ses iniquités. L’apôtre Paul écrit aux Corinthiens :

« Je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage.
En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort »
. 2 Corinthiens 7 : 9-10

La repentance est le résultat d’une « tristesse selon Dieu, » produite par Dieu pour provoquer un changement radical de comportement : on accepte de s’examiner à la lumière de l’Esprit de Dieu pour comprendre que la voie du péché mène à la mort. On décide alors de changer complètement de direction spirituelle, de quitter le chemin de la mort pour s’engager sur celui de la vie. C’est de cette manière que la puissance de Dieu agit, jusqu’à ce qu’une repentance monte dans les cieux !

« De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance ». Luc 15:7

« De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent ». Luc 15:10

La repentance du rejet de Christ

« Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit ». Actes 2:38

Dans Actes 2, Pierre aborde la repentance et exhorte les personnes qui ont rejeté Jésus (Actes 2 : 36) à changer d’avis Le concernant et à Le reconnaître vraiment comme «Seigneur et Christ» . Il s’agit ici d’un premier niveau de repentance, peut être le plus important, si tenté qu’il existe une échelle d’importance. La foi, et bien plus encore, le commencement de la vie chrétienne, consiste à déclarer Jésus Christ comme le Seigneur envoyé par Dieu.

« Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié ». Actes 2:36

Pierre appelle ainsi les gens à changer d’avis : il leur demande de passer du rejet de Christ, en tant que Messie, à la foi en Lui comme Messie et Sauveur.  Il est impossible de placer votre foi en Jésus-Christ sans auparavant changer d’avis sur qui Il est, et ce qu’Il a fait. La repentance biblique, en référence au salut, c’est changer d’avis : passer du rejet de Christ à la foi en Christ.
Lorsqu’une personne se repent, Dieu la pardonne et la restaure dans la faveur de Dieu. La repentance est le fruit de la foi, et est inséparable de la foi.

Qui peut accéder à la repentance ?

Tout le monde !

« Dieu a donc accordé la repentance aussi aux païens, afin qu’ils aient la vie ». Actes 11:18

« Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir. » Actes 17:30

C’est une démarche personnelle initiée par le Saint Esprit. L’esprit de Dieu nous ouvre les portes à la connaissance de l’Éternel.

« Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? » Romains 2:4

La repentance met en lumière notre péché

S’il y a bien une chose difficile à faire pour tous les êtres humains, selon les mentalités de ce monde, c’est de se repentir de leurs péchés. La repentance est un défi direct au pouvoir de la volonté de l’homme. Il demande s’humilier devant Dieu, et de laisser tout ce qui est contraire à sa volonté. Les demandes de la repentance ont laissé beaucoup de gens nobles hors du royaume de Dieu. Se repentir, c’est une manière de reconnaître que nous sommes pécheur en  transgressant la loi et les commandements que Dieu nous a donné.

Nous pouvons même aller plus loin en disant que la repentance est un devoir imposé sur tous les hommes. C’est un ordre de Dieu, et aucun homme ne peut refuser de se repentir sans porter la responsabilité qui doit tomber sur lui. Dieu nous offre le pardon gratuit pour toutes nos fautes, si bien sûr encore une fois, nous reconnaissons en nous le sacrifice de son fils Jésus Christ pour le pardon de nos péchés.

Dans ces temps de la fin, et de toute évidence, du retour de Jésus-Christ, finissons par un verset incroyable :

« Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse (son retour), comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance ». 2 Pierre 3:9

Tags: